Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CYCLO CLUB SANTE SJLO

En cyclisme ,on essaie de dépasser les autres...En cyclotourisme on se sert des autres pour se dépasser... (pour voir tous les articles ,allez tout en bas de la page)

SIERRA DE URBASA

Pour la deuxième année consécutive ,nos " routeurs " Domnique et J J ( prononcez Ji-Ji ) avaient inscrit au programme cette sortie en Sierra de Urbasa qui nul doute deviendra une grande classique de notre  calendrier annuel.  

Nos étions donc 8 ( Catherine - Théo - Daniel - Dominique -Jean- Jean François -Ji Ji et Serge ) pour un départ matinal à 7h30 du Parc Duconténia .

Après quelques péripéties..d'aiguillage sur le réseau routier Espagnol,nous arrivons enfin au village de "Alsasua" ou nous attendent depuis une bonne demi heure Jean et Jean François . Village " bouclé " pour cause de foire  annuelle au pottock,que nous traversons au milieu d'une foule compacte attirée par les exposants et chalands qui font le boniment .Les odeurs confirment que nous sommes bien dans une zone d'élevage .

 Falaise calcaire de Urbasa  avec son bord franc qui est la limite haute de l'effondrement ,ainsi que l'érosion verticale des zones de roches tendres

La montée vers le plateau de Urbasa et son environnement est un régal pour les yeux .Chaque virage ,chaque mètre parcourus est une découverte historique ,tant ces falaises ont gardé en mémoire l'énorme effondrement tectonique et bouleversement géologique datant de plusieurs millions d'années ,et le travail des eaux de ruissellement et du vent qui ne cessent  d'éroder et de sculpter ces parois de calcaire.

Effondrement qui a donné naissance à ces immenses plateaux karstiques de Urbasa - Andia - Loquiz et de la cordillère de Valdelin ,sur des étendues autrefois sources d'activités comme la cueillette ,la chasse et le charbon de bois .

Ici, le hêtre et l'herbe rase sont omniprésents ce qui favorise le pastoralisme ou cohabitent bovins,équidés,ovins,randonneurs et les...cyclistes . 

                                 Prairie au creux d'une doline

Sur ces plateaux calcaires impropres à la culture,abondent les "Poljés°" qui donnent naissance à des résurgences alimentant le Rio Urredera ( Belle eau ) grâce à de nombreuses cavités souterraines .

Mise à part les 2 premiers km,l'ascension vers le plateau ne présente pas de difficulté si ce n'est sa longueur ( 8km ) ce qui va nous permettre de nous réchauffer car le fond de l'air est frais et la météo du jour...incertaine  Très vite ,2 groupes se forment: Avec d'un côté Daniel,Jean et Jean François qui grimpent en mode cyclo-sportif,suivis des contemplatifs Catherine et sa ...randonneuse,Théo (notre ado de 13 ans ),JiJi ,Serge et Dominique notre photographe .

                                                        Lacets en balcon

  Dans cette montée verticale faite de lacets en balcon,ceux ci permettent de progresser sans puiser dans les réserves,mais surtout d'avoir une bonne lecture de ce paysage minéral et végétal qui nous entoure .Environnement qui ce dévoile tout en nuances de couleurs pour atteindre le 1er niveau du plateau bien marqué par une brèche qui s'ouvre sur une magnifique hêtraie ou nous attendent nos trois échappés .

Regroupement et arrêt café / collation à la venta de " Urbasa "

       Premières rampes :Théo grimpe avec le sourire 

Pour Théo et Serge,ce sera arrêt minute,histoire de prendre un peu d'avance sur la troupe,mais aussi pour aborder tranquillement la traversée du plateau qui s'annonce sportive et mouvementée.Nous progressons sur une route légèrement ondulée bordée de part et d'autre par la forêt dont les arbres s'agitent ce qui ne laisse aucun doute sur la suite du parcours.

Nous débouchons sur une immense étendue quasiment désertique balayée par le vent .L'environnement est saisissant,le buis et le genévrier se confondent entre la pierre qui émerge,et les pelouses au creux de nombreuses dolines° de plusieurs centaines de mètres qui font toute la richesse du plateau et de sa forêt .

Nous progressons lentement sur une route  serpentant au centre du plateau balayé par un vent violent qui a fait chuter la température de 15 à 8°. Etonnant Théo qui se faufile dans les rafales avec une aisance qui me laisse "pantois" .Déjà dans la montée ,il m'avait impressionné par son coup de pédale ,mais là je suis bluffé .IL m'avouera quand même avoir eu froid et mal aux jambes .Aveux rassurants car il n'est pas le... seul .

La fin de notre galère se termine au moment ou nous franchissons la lisière marquant la fin du plateau, et le panneau annonçant le col d'Urbasa 920 m pour une belle et longue descente arborée vers la ville médiévale de Estella ponctuée de villages perchés (Amezcoas-Zudaire-Barandino).

Rassemblement,pour une petite pause ,et re-montée interminable de 26 km vers le col de Lizaraga .Sur cette portion,nous ne passerons que dans un seul... village " Abarzuza " et quelques maisons isolées.

     A la sortie du village de Abarzuza ,Théo se joue de la pente

La montée vers le col de " Lizarraga " est pénible ,monotone,lassante, sans répit .Parfois,le profil donne l'impression  d'une accalmie,voire même de profil plat: Que " NENI !!! "ça grimpe.La fatigue n'arrangeant rien ,le paysage passe au second plan .Paysage qui se dévoile petit à petit ,la bas au loin ou se dessine le col que l'on devine taillé dans une brèche .

Dans le dernier virage arboré, le final de 2 km qui fait mal aux jambes,signe la fin de l'ascension .

J'arrive donc à l'heure Espagnole (15h ) avec 10mn de retard sur mes compagnons. Heure ou il est encore temps de se restaurer,et accueilli avec le sourire malicieux de la patronne  dont j'ai fait la connaissance à la descente du vélo au moment même ou une crampe scélérate  me plie en deux devant une "cliente" qui en fait est la... patronne du restaurant.

 

                                            Photo souvenir avant la descente

               Sierra de Andia avec au fond le village de Ergoiena

La descente de 10 km commence par un tunnel débouchant sur une route arborée de hêtres et de mélèzes.Descente qui dévoile  la Sierra de "Andia" dans toute sa splendeur abritant dans sa vallée les villages de Ergoiena - Arbizu - et Etxarri.Plongée rapide sur un bon revêtement pour un retour à notre point de départ ou notre arrivée en montée est saluée par une bronca de jeunes "festayres" .A part eux ,plus personne...,la place et les rues du village ont repris leurs droits, les pottoks et les chalands ont disparus, seuls subsistent les traces odorantes de la foire .

Belle sortie vélo de 85 km dans un secteur situé à seulement 1h de route de la frontière et qui mérite vraiment le déplacement .

Un grand bravo à Théo notre jeune cycliste ,et un grand coup de chapeau à Catherine qui n'a pas hésité à nous accompagner sur sa randonneuse de X... kilogs  pour la deuxième année consécutive .

 

A bientôt pour de belles sorties !!!

°Poljé: le poljé karstique est une dépression plane fermée par des versants rocheux ou l'eau s'infiltre plus ou moins vite pour alimenter la nappe phréatique 

°Doline:la doline est une dépression circulaire plus ou moins profonde et imperméable, propice à la rétention lente d'eau qui permet une végétation assez riche .Mais sont aussi dangereuses car elles peuvent s'effondrer.

Serge le 24 / 11 / 16

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Les photos sont m-a-g-n-i-f-i-q-u-e et... <br /> Bravo Théo !
Répondre